Traduction complète

Bonjour, je suis Dslyecxi de la communauté Arma « Shack Tactical ». En coopération avec Bohemia Interactive, je crée une série de vidéos qui expliquent quelques bases d’Arma 3.
Aujourd’hui nous verrons les mitrailleuses, les équipes qui les utilisent, et quelle est la meilleure manière de les employer sur les champs de bataille d’Arma.

Les mitrailleuses sont des pierres angulaires des tactiques d’infanterie. Leur capacité à fournir un tir nourrit et précis sur l’ennemi, plus loin que la distance à laquelle une infanterie peut généralement tirer, les rend bien adaptés à la destruction de cibles ennemies, mais font également d’eux des outils formidables de suppression. Le Navid et le SPMG, les deux mitrailleuses moyennes qui ont été rajoutées avec le DLC « Marksmen », sont des exemples édifiants de la puissance des mitrailleuses.

Regardons comment les utiliser de la manière la plus efficace possible, à la fois du point de vue du tireur, et de son équipe.

1. L’équipe mitrailleuse

Les mitrailleuses ont tendance à tirer des balles plus lourdes que celles utilisées par les fusiliers, et à cause de ça, les munitions sont plus volumineuses et lourdes, tout comme l’arme en elle-même.

Bien qu’elles puissent être employées par une seule personne si le besoin se fait sentir, c’est généralement mieux de les utiliser avec le soutien d’une équipe, qui consiste typiquement de trois personnes : un chef d’équipe, un mitrailleur, et un porteur de munitions.

Le rôle du chef d’équipe est de choisir les positions à laquelle la mitrailleuse peut être le mieux maniée, localiser et déterminer la distance des cibles, diriger les engagements du mitrailleur, surveiller et ajuster ses tirs, et faire en sorte de garder l’équipe en employant des techniques solides. Dans ce but, le chef détient soit des jumelles, soit un télémètre pour aider à l’identification et au traitement de l’ennemi.

Le mitrailleur s’occupe principalement de l’utilisation technique de son arme. Ils choisissent leurs positions de tir, engagent les cibles avec une puissance et vitesse de feu adéquate, effectuent des suppressions, communiquent leurs besoins en munitions à l’équipe, et gardent l’oreille ouverte pour toute directive ou ajustement dicté par le chef d’équipe.

Le porteur de munition garde son équipe en sécurité quand ils sont à l’arrêt, et fourni au mitrailleur des munitions supplémentaires quand il en a besoin. Pendant que le chef d’équipe et que le mitrailleur sont concentrés sur n’importe quel engagement donné, le porteur de munition garde conscience de ce qui l’entoure en faisant un tour d’horizon pour être certain que l’équipe n’est pas en train d’être approché par une autre force ennemie, ainsi que localiser d’autres cibles potentielles qui sont hors du champ de vision du mitrailleur.

2. Positionnement

A cause de sa grosse puissance de feu et précision, positionner la mitrailleuse devient un facteur significatif quant à son efficacité.

Cela se fait de deux manières, la première étant que l’équipe a besoin d’une bonne location depuis laquelle elle peut voir et engager les cibles, alors que la seconde est que l’ennemi a tendance à tirer en priorité sur les mitrailleurs quand il se fait tirer dessus, la position doit donc être capable de fournir de la protection contre les retours de tirs.

Les meilleures positions sont celles où l’équipe est capable de prendre avantage de couvert ou de cachettes pour bouger entre différents postes de tirs préalablement désignés. Plus la survivabilité est grande grâce au couvert et à la dissimulation, le plus long une équipe peut se battre depuis une position donnée.

Le mitrailleur peut faire à la fois usage du « weapon resting » (NdT : Lorsque vous approchez d’un mur ou sac de sable sans activer de bipied) et du « weapon deployment » (NdT : Lorsque vous déployez le bipied de l’arme) pour stabiliser ses tirs. Le premier a besoin d’une quelque sorte d’objet sur lequel se reposer, et est un avantage passif qui est indiqué par l’interface utilisateur en haut à droite de l’écran, alors que le déploiement d’arme requiert un espace ouvert pour y déployer le bipied et commencer à pivoter autour de lui. Vous pouvez activer ceci en utilisant la touche par défaut « C ». La nature articulée du déploiement permet au mitrailleur de configurer sa fenêtre de tir sur une fenêtre, un mur, ou divers objets improvisés, et d’avoir un large angle de tir en fonction des dimensions de l’objet sur lequel il est déployé.

3. Techniques de tir et traitement de cibles

Lorsque vous êtes déployés sur une bonne position, le mitrailleur et le chef d’équipe balaient la zone afin de trouver des cibles. Le chef d’équipe fait ça avec son optique, alors que le mitrailleur a ou n’a potentiellement pas de viseur avec agrandissement sur son arme.

Une fois une cible trouvée, la prochaine étape est de déterminer sa distance. Cela peut se faire par estimation ou en utilisant un télémètre. Le mitrailleur ajuste alors l’endroit où il vise ou le pointage (NdT : zeroing) de son viseur en fonction, et lors d’un doute, il vaut mieux pencher sur une valeur plus courte plutôt que plus longue. Il est plus simple d’ajuster d’une distance faible à une plus haute qu’inversement, car les impacts de balle vont frapper le terrain et donner des indications visuelles de l’ajustement nécessaire, alors que les tirs qui passeront la cible ne donneront pas cette information.

Pendant un engagement, un mitrailleur ajuste sa cadence de feu en fonction de plusieurs facteurs comme la visibilité de la cible, distance, capacité à observer l’impact des tirs, et ainsi de suite.

Généralement, un mitrailleur préfèrera tirer de petites salves (6 à 10 balles marche relativement bien), de manière à mieux contrôler leurs tirs ainsi que d’économiser des munitions. Une salve de tirs produit ce qu’on appelle un cône de feu (Cone of fire). C’est quand le recul et les aspects mécaniques de l’arme entrainent la dispersion des balles autour du point sur lequel vous visiez. Quand le cône de feu touche des objets ou le sol, cela devient ce qu’on appelle la zone battue (beaten zone) l’endroit où les balles touchent. Parce que les tirs touchent d’une manière dispersée, les chances de toucher une cible sont accrues, ce qui est la raison pour laquelle il est important de tirer des salves.

Pendant l’engagement, le chef d’équipe observe la zone ciblée et donne les ajustements au mitrailleur. Ceci est fait en disant au tireur comment changer la direction des tirs sur les cibles désirées, énonçant la direction comme gauche/droite/haut/bas et une distance en mètres.

Le mitrailleur écoute les ajustements, fait les corrections nécessaires, et tire une salve. Le chef d’équipe continuera à observer et à ajuster jusqu’à que le mitrailleur soit sur cible, dans lequel cas il dira simplement « Sur cible ». Une fois la cible neutralisée, le mitrailleur change de direction automatiquement où à la discrétion de son chef d’équipe.

4. Cibles mouvantes

Engager des cibles mouvantes demande au mitrailleur de prédire de quelle distance la cible va bouger le temps que ses balles l’atteignent. Idéalement les deux atteindront le même point au même moment, entraînant une touche. Il y a deux manières d’accomplir ceci.

La première s’appelle un « feu suivi » (tracking fire), c’est lorsque le mitrailleur estime l’avance requise en même temps que la cible bouge, puis fait feu. S’il réussit, les tirs vont frapper la cible, suivis d’autres touches alors que le suivi est effectué. Cela nécessite le bon espacement d’avance pratiquement dès le départ, où alors la cible évitera et essaiera de se mettre à couvert.

L’autre manière est de faire un engagement anticipé (ambushing engagement), c’est lorsque le mitrailleur choisit un point devant la cible, anticipe combien de temps il faudra à la cible pour rejoindre ce point, puis fait feu au bon moment. Faire feu avec cette méthode crée un mur de balle que la cible va franchir sans s’en rendre compte, améliorant les chances de toucher.

Le suivi est une technique qui a tendance à être utilisée à des portées plus courtes, alors que l’anticipation est utilisée à de plus longues portées, avec des cibles plus petites ou qui bougent plus vite.

Grâce aux plus grosses balles que tirent les mitrailleuses, le mitrailleur doit être conscient qu’il peut être capable de percer la couverture utilisée par l’ennemi. Alors qu’un mur puisse arrêter les balles d’une certaine distance, les tirs d’une mitrailleuse peuvent très bien le pénétrer et blesser où tuer tout ce qui se trouve derrière.

5. Suppression

Bien que toucher l’ennemi soit très important, la suppression peut être tout aussi sinon plus significative quand utilisée correctement.

A la base, supprimer l’ennemi implique leur faire rendre compte d’à quel point il sont sur le point de se faire tirer dessus, ce qui perturbe ce qu’ils étaient en train de faire, et les encourage également à chercher où à rester à couvert.

La suppression est intimidante. Les bruyantes déflagrations de balles supersoniques qui passent à côté où vont frapper le sol ou les murs autour de quelqu’un sont des incitations considérables à trouver un endroit sûr et d’y rester. C’est dur pour une personne victime d’un tir de suppression de retourner les tirs à leur envoyeur.

Les tirs de suppressions sont les plus crédibles quand les ennemis croient que c’est proche, précis, et que la prochaine salve pourrait très bien les toucher s’ils restent exposés. Quand vous faites un tir de suppression, il est important d’utiliser ses munitions avec parcimonie. Bien qu’un gros volume de tir puisse être initialement nécessaire pour forcer un ennemi à se mettre à couvert et se faire supprimer, maintenir cette suppression peut être souvent fait en tirant de courtes salves, qui rappelleront globalement à l’ennemi que, oui, le mitrailleur sait que vous êtes toujours là et qu’il est prêt leur faire mal si ils jettent un coup d’œil hors de leur couverture. Quelques tirs correctement visés peuvent être tout aussi intimidants qu’une grosse salve.

A un niveau supérieur, la suppression peut être utilisée pour garder une position occupée alors qu’un autre élément allié bouge pour les flanquer. Cela s’appelle immobiliser l’ennemi par le feu (fixing the enemy by fire). Lors de l’emploi de tactiques d’immobilisation et flanquement, l’équipe mitrailleuse devrait rester en contact direct et soutenu avec l’équipe qui flanque de sorte à arrêter ou rediriger les tirs au bon moment, pour éviter de toucher des unités alliée.

6. Conclusion

Voilà qui conclut ce survol du rôle de mitrailleur ou d’un membre de l’équipe mitrailleuse. Le plus important à retenir est toujours la même chose, il est nécessaire de s’entrainer de sorte à manier de manière optimale votre arme et équipement. Que vous jouiez au contenu officiel comme « End Game » ou que vous testiez des missions venues du Workshop de Steam, souvenez-vous que le travail d’équipe vous rapportera énormément, et qu’une équipe bien entrainée est une force redoutable sur n’importe quel champ de bataille.

Pour d’avantage de guide vidéo communautaires, assurez-vous de vous abonner à la chaine Youtube officielle d’Arma 3. Pour d’autres nouvelles d’Arma 3, gardez un œil sur le site officiel, Facebook et pages Twitter.

Si vous aimeriez plus de tutoriels poussés et du gameplay multijoueur d’Arma 3 ainsi que les Arma précédents, je vous recommande de regarder ma chaine, ici.

C’était Dslyecxi, et jusqu’à la prochaine fois, prenez soin de vous!

— Traduit par Nihil

L’équipe mitrailleuse [Traduction]
Étiqueté avec :